Rémy Grosso « J’ai remis la tenue Jaune et Bleu ! »

image description

Libéré par le XV de France pour disputer la 19ème journée de Top 14, Rémy Grosso, l’homme en forme de ce début d’année, retrouvera, demain, le groupe « jaune et bleu » entre deux rencontres du Tournoi des 6 Nations. Conscient que la situation du club est préoccupante, il aborde tous les sujets avec sincérité et détermination. Un nouveau championnat commence…

 

Rémy, pour commencer comment as-tu appris ton retour en Bleu ?

C’est Franck qui m’a dit le mardi midi de l’annonce que mon nom serait dans la liste pour préparer l’Italie. Cela ne faisait pas partie de mes objectifs actuels, les événements ont fait que le groupe a connu beaucoup de rotations et même avec cela je n’avais pas pensé du tout faire partie de cette liste. Ce fut une bonne surprise.

 

Une belle opportunité que tu as parfaitement su saisir...

Nous avons surtout permis à l’équipe de France de renouer avec le succès. J’ai pris beaucoup de plaisir à jouer ce match et éprouvé beaucoup de fierté à porter de nouveau ce maillot. Je ne connaissais pas beaucoup de joueurs et je n’ai pas eu trop le temps de travailler beaucoup d’automatismes mais cela s’est plutôt bien passé.

 

En début de rencontre, on a perçu pas mal de doute dans cette équipe. Celui-ci s’est finalement levé sous l’impulsion de nouveaux joueurs dont tu fais partie...

Cela faisait quelques matches que l’équipe de France n’avait plus gagné et c’est vrai qu’on sentait un peu de crispation, de la pression. Nous savions que les Italiens allaient jouer leur chance à fond en s’appuyant sur cette situation-là, ils n’ont pas manqué de le faire en marquant rapidement. Le groupe a su réagir en montrant un beau caractère et en levant progressivement cette crispation.

 

C’est un peu similaire à la situation que connait actuellement le club...

Oui, c’est vrai. Nous sommes dans un cercle vicieux. Quand on n’est pas dans les clous comptablement, que tu sais que tu es attendu chaque semaine, et que les défaites s’accumulent, nous nous crispons. Actuellement nous avons probablement plus peur de mal faire qu’envie de bien faire. Maintenant, je ne doute pas des ressources du groupe. Nous sommes au pied du mur, nous avons un gros défi ce week-end, à nous de le prendre en main afin de reconstruire, match après match, la confiance dont nous aurons besoin pour terminer le championnat.

 

La pression du maintien est-elle déjà bien présente dans le groupe ?

Nous n’en parlons pas trop. Personnellement, je sais que personne n’est à l’abri. Nous sommes conscients que nous allons désormais jouer un autre championnat, un championnat qui n’est pas habituel pour l’ASM et que j’ai connu dans d’autres circonstances. Maintenant, il faut prendre chaque match avec l’intention de le remporter et éviter de s’enfoncer encore davantage dans cette spirale négative. Il reste 8 matches pour redresser la barre et terminer de la meilleure des façons. Nous ne regardons plus vers le haut, et pas encore vers le bas mais nous avons, tous, cela bien dans la tête.

 

Quels leviers devrez-vous activer pour sortir de cette situation ?

Dans ces moments, il n’y a pas 1 000 solutions. Il faut se resserrer, c’est ce que nous avons dit et ce que nous allons faire en nous appuyant sur des choses simples : le collectif, le combat.  Nous n’allons pas nous perdre dans un rugby « folklo » pour divertir le public. Il faut vite se retrouver autour de principes communs, un collectif fort et aussi espérer les retours de nos leaders dans quelques jours. Je suis sûr qu’ils seront capables d’apporter de la fraîcheur et une nouvelle dynamique dont nous avons probablement besoin pour remettre la marche avant.

 

Tu reviens à Clermont entre deux matches du Tournoi. C’est une situation que tu découvres, comment l’appréhendes-tu ?

Cela a été un peu particulier lundi et mardi lorsque j’étais encore à Aix avec l’équipe de France. A la fois nous commencions à parler de l’Angleterre et moi dans ma tête je commençais à penser à la Rochelle. Je suis revenu mercredi, je ne suis pas un garçon qui me projette très loin, les choses sont claires, je suis à Clermont, je vais tout donner sur cette semaine de travail avec l’ASM, l’équipe de France et l’Angleterre viendront après. J’ai remis la tenue « jaune et bleu » !

 

Les Rochelais viennent de perdre à domicile et auront probablement à cœur de vite se rattraper. N’est-ce finalement pas plus motivant de se relancer face à un gros bras du championnat comme cela que face à une équipe dite plus abordable ?

Oui c’est certain que tout le monde sera mobilisé à 200% pour cette rencontre. Nous savons qu’ils vont avoir l’ambition de profiter de la situation pour faire une performance, ce sera motivant de les en empêcher et de retrouver face à cette équipe la confiance qui nous a un peu échappé ces dernières semaines. Inconsciemment, la qualité de l’adversaire impose une pression qui ne peut être que bénéfique. Nous savons ce que nous aurons face à nous et ce à quoi il faudra répondre pour relever la tête. Il y a de la bonne peur, celle qui permet de se transcender !

 

Beaucoup de joueurs de l’effectif n’ont été habitués qu’aux sélections et aux phases finales, est-ce compliqué de basculer sur le maintien ?

Nous n’avons pas le choix ! Nous sommes entrés dans un nouveau championnat, tout autre chose de ce que le club à l’habitude de connaître. Nous allons être vus différemment par les adversaires, les arbitres aussi. Tu n’es pas arbitré pareil quand tu es leader du championnat et que tu te bats pour le maintien, c’est une réalité. Il y a des adaptations à faire, cela se jouera aux valeurs, au collectif. Les victoires d’Oyonnax et d’Agen, la semaine dernière, ne sont pas anodines. Elles sont des symboles forts d’équipes qui jouent leur survie. Il faut savoir s’en inspirer. Ces équipes jouent le maintien régulièrement depuis quelques années, elles maitrisent le contexte et sont prêtes à cravacher chaque journée de championnat. C’est exactement ce que nous devons faire et cela... dès demain face aux Rochelais.

 

Il reste encore quelques places en pesages (14€) pour assister à cette rencontre face au Stade Rochelais. Réservez dès maintenant ! 

 

à lire aussi