Un meilleur visage à montrer à notre public

image description

La rencontre à Paris a mis fin aux dernières ambitions des « jaune et bleu » pour cette saison. La 6ème et même la 7ème place ne sont plus envisageables, Clermont devra se contenter du ventre mou du championnat pour cette fin d’exercice. Avant les regrets et les analyses à venir, il reste trois matches à jouer et il n’est pas question de rester sur l’impression laissée à Jean-Bouin. En s’appuyant sur l’orgueil, le respect ou simplement le plaisir, les Clermontois auront l’ambition d’afficher un tout autre visage lors de la réception des Bordelais, samedi au Michelin.  

Le coach clermontois n’a pas mâché ses mots à l’égard de ses joueurs après la copie rendue durant la seconde partie du match face au Stade Français. Si la forme restera dans le secret du vestiaire auvergnat le fond n’est pas un mystère comme l’explique Franck Azéma. « Nous n’avons plus d’objectif mais nous ne devons pas avoir ce comportement-là. Aujourd’hui, la question est de savoir : Comment allons-nous nous remobiliser sur ces 3 derniers matches, quel comportement nous devons montrer à ceux qui nous soutiennent. » Le constat de la saison est clos selon le capitaine des « jaune et bleu », Morgan Parra. « La saison n’a pas été bonne et quoi que nous ferons sur les matches à venir, cela ne rattrapera rien. Les blessures ont bien sûr joué un rôle important mais il faut aussi se responsabiliser et se rendre compte que nous sommes passés à côté sur quelques matches qui auraient pu nous remettre dans le bon wagon ». Cela ne veut pas dire que les Clermontois ont le droit de rester sur l’impression laissée dans la capitale, comme s’en défend immédiatement le demi de mêlée des « jaune et bleu ». « Ce n’est pas normal de passer à côté une mi-temps comme nous l’avons fait et il n’est pas admissible de renouveler cela. Inconsciemment quand l’enjeu disparait, c’est plus difficile de se mobiliser mais nous n’avons pas le droit d’exploser comme nous l’avons fait samedi dernier. » Ainsi, on comprend bien que les joueurs se doivent de réagir, par respect pour leurs supporters, pour leur groupe, pour eux-mêmes avant tout… « Dans les moments difficiles, il est important de rester soudés », poursuit Judicaël Cancoriet  « personne n’a envie de garder la tête baissée, il va falloir la relever lors des dernières opportunités qui nous serons données cette saison. Nous avons conscience que l’image que nous avons laissée ces derniers temps n’est pas bonne et il n’est pas question de rester là-dessus. Il faut retrouver nos bases et donner au public qui sera là, samedi, le plaisir qu’il est venu chercher. »

Même sans enjeu, sans objectif, Franck Azéma promet de ne pas relâcher « l’exigence et la rigueur » qu’il continue d’attendre de ses troupes ne serait-ce que « par respect pour le public »… mais pas que. Le coach clermontois insiste sur cette notion de transmission et les messages que ses joueurs font passer à travers leurs actes sur le terrain. « Je ne veux pas que les jeunes qui montent avec nous se disent que « quand c’est difficile, on lâche ! » Il est important de trouver des solutions pour savoir comment faire corps dans l’adversité ». Afin d’obtenir un meilleur « rendu » au Michelin, le coach auvergnat a manié toute la semaine les notions d’orgueil et de respect vis-à-vis de ceux qui nous supportent mais aussi du maillot que les joueurs portent. Il a aussi parlé de plaisir, comme il s’en explique. « Le rugby est avant tout un jeu et il est important de savoir comment on peut encore en prendre et en transmettre à nos supporters. » Morgan Parra a, à ce sujet, une réponse toute faite… « En retrouvant la victoire devant notre public ». Au-delà du résultat, Franck Azéma s’attachera également à la forme car pour lui « la prestation que les joueurs livrent sur le terrain est le reflet de ce qu’ils sont. Et vis-à-vis de ce qu’ils doivent à notre public cela doit au minimum passer par un comportement digne. »

Au-delà du résultat dont l’influence sera minime sur la projection de cette fin de saison, les actes des « jaune et bleu » sur leur pelouse du Michelin face à un public qui fut encore exemplaire, la semaine dernière à Jean-Bouin, aura un sens tout particulier face à des Bordelais qui eux non plus n’ont plus rien à jouer en 2018.

à lire aussi